Musique électronique, rap, pop : tout ce que l’on doit aux années 1980

Enfile ton legging, ton crop-top fluo et mets ton walkman sur les oreilles : on t’emmène à la découverte des meilleures musiques des années 80, des pionnier·ères de l’électro et du hip-hop et de certaines des plus grosses stars internationales.

La musique électronique prend son envol

Les années 1970 ont vu l’apparition des premiers synthétiseurs et 1977 a vu naître le hit de Donna Summer « I Feel Love », produit par Giorgio Moroder, précurseur de la musique électronique. Dans les années 1980, synthés, boîtes à rythmes et sampler deviennent de plus en plus accessibles. Les DJ peuvent alors plus facilement explorer de nouveaux sons et créer des rythmes électroniques à partir de ces outils. On assiste à l’émergence de nouveaux genres, comme l’électro, le synthé-pop et la dance. Pionniers du synthé-pop dans les années 1970, les Allemands de Kraftwerk sortent Computerwelt en 1981, un album fondateur pour la musique électronique.

Pendant ce temps, la house music, reconnaissable avec son rythme minimal et sa ligne de basse proche du funk est portée par des DJ comme Frankie Knuckles. En parallèle, la techno, instrumentale et répétitive, naît en 1985 avec la création par Juan Atkins du label indépendant Metroplex.

On retrouve aussi des notes électro chez les artistes pop de l’époque, comme chez Kate Bush par exemple, qui a beaucoup Iexploré les possibilités offertes par les nouvelles technologies dans ses albums, et tout particulièrement sur Hounds of Love, l’un des meilleurs albums de la décennie.

Focus sur la new wave

La new wave est une fusion de différents styles musicaux : pop-rock et musique électronique, disco et punk rock. Plus qu’un style musical, la new wave, c’est aussi des looks excentriques et des coupes de cheveux plutôt audacieuses. Duran Duran, a-ha, les Pet Shop Boys ou Depeche Mode sont le pendant festif du mouvement. De l’autre côté du spectre, on retrouve la Cold Wave, parfaitement représenté, entre autres, par The Cure avec leurs chansons aux textes moroses.

La new wave et ses extravagances capillaires ne manquent d’ailleurs pas de faire leur apparition en France avec Indochine, Étienne Daho ou encore les Rita Mitsouko, dont les titres figurent encore sur toute playlist de soirée qui se respecte.

Le glam metal, quand le heavy metal rencontre une bombe de laque

Il n’y a pas que la new wave qui a su mettre ses looks audacieux au service de sa musique. Le glam métal a lui aussi fait souffler un vent de liberté sur la mode à grand renfort de laque et de pantalons en Lycra ultra moulants.

Musicalement parlant, le glam metal est un genre totalement accessible qui se caractérise par des refrains mélodiques et de magnifiques ballades. Les guitares sont très présentes, au point que quasiment toutes les chansons comportent au moins un solo de guitare. Parmi les groupes emblématiques, on retrouve Def Leppard, Bon Jovi, ou encore Europe avec la chanson « The Final Countdown », autre incontournable des playlists de soirée.

L’apparition du phénomène hip-hop

Le hip-hop, ce n’est pas seulement le rap, mais une véritable culture apparue aux États-Unis dans les années 70. Les années 1980 vont faire émerger des artistes et des groupes iconiques comme Salt-N-Pepa, les Beastie Boys ou encore Run DMC, avec certaines des meilleures chansons de hip-hop de tous les temps. En France, la télévision va avoir son rôle à jouer. 1985, le dimanche à 14 h 20 pétantes, H.I.P. H.O.P. (prononcé achipé achopé), est diffusé sur TF1. 14 minutes dédiées à la culture hip-hop, présentées par Sidney, durant lesquelles tu pouvais apprendre une choré de breakdance ou de smurf.

Vers la toute fin des années 1980, c’est la radio qui va mettre en lumière de jeunes artistes en passe de devenir des stars du rap français. Sur Radio Nova, dans l’émission Deenastyle, DJ DeeNasty et Lionel. D. vont recevoir par exemple Assassin, MC Solaar ou encore les Suprême NTM et faire découvrir leurs premières chansons.

Une période qui ouvre la voie aux années 90, où le hip-hop va connaître son âge d’or.

Les années 1980, pouponnière d’icônes de la pop

Oui, les années 1990 sont importantes dans l’histoire de la musique pop. Mais elles doivent beaucoup aux années 1980, qui ont vu naître certaines des premières stars mondiales.

Michael Jackson

Comment ne pas commencer avec le roi de la pop ? Michael Jackson n’était pas un inconnu quand il a assené coup sur coup en 1982 « Billie Jean » et son fameux moonwalk, « Beat It » et le solo de guitare de Van Halen, et le cultissime « Thriller » avec son clip de 14 minutes. Il a réitéré en 1987 avec « Bad » accompagné d’un court métrage de 18 minutes réalisé par Martin Scorsese. En 1988, il a sorti « Smooth Criminal » dans lequel il portait pour la première fois des pansements sur ses doigts et un brassard. Des accessoires qui vont devenir sa marque de fabrique durant toute sa carrière. Aujourd’hui, des années après sa disparition, le roi de la pop a perdu son statut d’icône intouchable et une partie de son héritage est remis en cause. Il n’en reste pas moins la première véritable star mondiale, comme seules les années 80 pouvaient les inventer.

Madonna

Débardeur en maille, gants en dentelle noire, talons aiguilles, cheveux crêpés et gros nœud sur la tête, Madonna était à cette époque une sorte de starlette rebelle de la pop. Dès ses débuts, elle a enchainé les tubes, avec « Lucky Star », « Like a Virgin », « Papa Don’t Preach », « La Isla Bonita », « Who’s That Girl » ou bien « Like a Prayer », des tubes qui jouaient d’une provocation joyeuse et ont donné le ton pour les nombreuses stars de la pop à venir (on pense à toi Lady Gaga).

Prince

Dans les années 1980, l’hyperactif Prince a enchainé les albums et les tubes. « Kiss », « When Doves Cry », « Raspberry Beret »… En 1984, il a connu un succès planétaire avec le titre culte de 9 minutes « Purple Rain » sorti en même temps qu’un album et un film éponyme. Multi-instrumentiste (il jouait de plus de 20 instruments !), Prince était aussi auteur-compositeur et a contribué au succès d’autres grand·e·s artistes comme Chaka Khan, The Bangles ou Sinéad O’Connor. En 2017, un an après sa mort, Pantone lui a rendu hommage avec une nouvelle nuance de violet. La classe.

Whitney Houston

Dans les années 1980, Whitney Houston n’était pas encore la diva qu’elle allait devenir dans la décennie suivante. Elle va tout de même sortir deux albums cultes. Tout d’abord Whitney Houston comprenant les titres « Saving All My Love for You », et « How Will I Know ». Viendra ensuite Whitney sur lequel figure la chanson « I wanna dance with somebody ».

Plus de 40 ans après, les années 1980 continuent d’influencer des artistes de la jeune génération, de Dua Lipa à The Weeknd. En 2012, Soprano s’est offert un énorme kiff avec « Près des étoiles », une reprise du titre de Gold de 1984, et son clip de plus de 8 minutes truffé de références aux chansons et à la culture de l’époque.