8 titres essentiels de l’hyperpop

Finies les frontières entre le rock, la pop, l’électro et le rap… Avec ses sons hypertrophiés et décomplexés, l’hyperpop dessine les contours d’un futur radieux qui rassemblerait tous les genres sous une même bannière. Pas étonnant qu’elle ait été adoptée par une génération éprise de liberté, qui souhaite voir tous les carcans exploser. On t’emmène à la découverte des tracks qui ont façonné l’hyperpop et ont aidé à définir le genre.

« Immaterial » SOPHIE

Artiste trans et queer, SOPHIE a traversé le monde de la musique comme une étoile filante, mais compte tout de même comme l’un·e des artistes les plus influent·e·s de sa génération. Décédée en 2021, la productrice écossaise passe par la punk berlinoise, la pop et l’électro avant de sortir son premier album, Product. Passionnée par l’expérimentation sonore, elle inclut des sons venus du quotidien à ses samples et n’hésite pas à multiplier les références. « Immaterial », sur l’album Oil of Every Pearl’s Un-Insides, est sans doute l’une des plus belles illustrations du genre en proposant une chanson qui semble défier toutes les conventions pour explorer des horizons jusqu’alors inconnus.

Caroline Polachek, « Fly To You »

Elle adore les synthés et elle en met partout. Caroline Polachek, c’est une voix suave qui joue avec les aigües et nous emporte dans un univers presque onirique. Une sorte de Kate Bush des temps modernes dopée à la poussière de fées ! Si tu te lances dans l’hyperpop, ne rate surtout pas « Fly To You ». On retrouve sur le titre ses synthés chéris, sa voix sensuelle, un brin d’electro et même un soupçon de rap !

100 gecs et la « Dumbest Girl Alive »

Considéré comme l’un des piliers du mouvement hyperpop, le duo de 100 gecs éclate les décibels avec ce morceau qui mélange hard rock et électro. Si tu aimes le head banging, déranger les voisins et sauter sur les lits en cassant des air guitars, alors ce morceau bourré d’humour est pour toi. Gros riff de guitare, électro et voix arrachée : « Dumbest Girl Alive » envoi du lourd.

Charli XCX en dérapage contrôlé avec « Vroom Vroom »

Charli XCX, c’est un mélange improbable de Cure et de Britney Spears. Son style est fait d’électro, de pop punk, de gothic pop et de dance-pop et touche un large public. On s’attardera sur le morceau « Vroom Vroom », sorti en 2018. Produit par SOPHIE, il alterne intro rap, refrains R&B et ruptures rap sur samples électro. Bref, le melting pot typique de l’hyperpop, dans lequel elle aborde avec humour l’un de ses thèmes favoris : les grosses cylindrées ! Un incontournable de notre playlist hyperpop.

« Cleo » de Shygirl : de l’hyperpop sur grand écran

De Mariah Carey à Björk en passant par Madonna et Aphex Twin, Shygirl pioche ses références un peu partout. Construite en trois actes, « Cleo » est l’une de ses chansons les plus cinématographiques. Une intro lancinante où les cordes dominent, un second acte électro et dance qui donne envie de pousser les meubles pour danser et un troisième qui mêle une électro aux rythmes apaisés et une reprise du thème de l’intro. Une construction savante, très dans la tendance de l’hyperpop.

« 1984 » de Glaive, vintage et hyper tendance

Révélé en plein confinement grâce à des morceaux postés sur la plateforme Soundcloud, Glaive a trouvé le moyen d’ouvrir nos chakras alors qu’on était enfermé·e·s chez nous. Des lyrics fortes et portées par une voix boudeuse, une énergie punk dévastatrice, des mélodies pop sucrées, des riffs de synthé en nappe : « 1984 », c’est le summum de l’hyperpop. Une vraie synthèse musicale qui dévore tous les styles et les régurgite sous une forme incroyablement moderne. Glaive impose sa palette dans le paysage hyperpop mondial.

« Rollo » : l’hyperpop rap de Winnterzuko

L’hyperpop, c’est l’exploration, la recherche, le melting pot musical. Alors pourquoi le rap resterait-il cantonné dans ses samples traditionnels ? C’est le pari que lance winnterzuko. Chef de file d’une jeune génération de rappeurs français, il est inspiré par les années 2000 et tente l’hyperpop à la française. Le jeune artiste, porté par l’édition 2023 de La Relève, joue avec les codes. « Rollo » mélange les genres et flirte avec l’électro, l’eurodance et l’EDM de façon décomplexée. Un rap intense, qui lorgne vers le futur.

BabySolo33 mélange les genres avec « LilWitch »

Artiste révélée par La Relève, BabySolo33 a déjà une identité bien marquée. Lorsqu’elle parle de ses références, elle cite aussi bien France Gall que Trippie Red. Mélange de rap et d’hyperpop, sa musique invente un style aux limites de l’emo-R&B. Depuis ses débuts, elle explore des thèmes autobiographiques en s’entourant des producteurs les plus avant-gardistes du moment. On retient « LilWitch », produit par Roseboy666, single inspiré entre 2-Step et Trap.

L’hyperpop trouve ses sources dans une culture queer et féministe et a aujourd’hui débordé de son cadre pour toucher tous les genres musicaux pour proposer une musique vibrante, dansante, intense ou encore planante.

Voir nos offres !