Amy Winehouse : retour sur sa vie et sa carrière en 10 chansons clés

PREMIUM

3 MOIS OFFERTS

Profite de ta musique en illimité sans publicité et télécharge tes titres préférés pour les écouter en mode hors connexion.

Puis 11,99€ par mois.
Sans engagement, résilie à tout moment.

GRATUIT

AUCUN PAIEMENT REQUIS

Écoute ta musique gratuitement et profite de notre catalogue avec ces millions de tracks et playlists.

DEEZER GRATUIT

Écoute ta musique gratuitement et teste notre app ! Profite de millions de tracks et playlists partout, tout le temps.
Pas de paiement requis

Artiste complète, complexe et torturée, Amy Winehouse a laissé derrière elle des chansons au ton personnel, dans lesquelles elle se livrait toute entière.

Alors que la sortie du très attendu biopic d’Amy Winehouse « Back To Black » est enfin annoncée pour avril 2024, on te propose de revenir sur la vie de cette immense artiste. De ses débuts à sa descente aux enfers, en passant par ses amours tumultueuses, on te dit tout sur la diva britannique aux yeux de chat qui nous a quitté·e·s en 2011.

« Stronger Than Me »

On commence avec le premier extrait du premier opus d’Amy Winehouse, Frank, sorti en 2003. L’album aux influences jazz est baptisé en hommage à Frank Sinatra. La chanteuse de 20 ans y frappe fort, notamment avec « Stronger Than Me » qui reçoit un Ivor Novello Award pour la meilleure chanson contemporaine en 2004.

La chanson est directement adressée à son ex, Chris Taylor, de 7 ans son aîné, avec des couplets très cash : « Tu devrais être plus fort que moi / Mais au lieu de cela, tu es plus long qu’une dinde congelée / Pourquoi m’as-tu toujours donné le contrôle ? / Tout ce dont j’ai besoin, c’est que mon homme soit à la hauteur de son rôle ». Pour la petite histoire, Chris a aussi pris cher dans « Help Yourself », toujours sur le même album.

« Fuck Me Pumps »

Autre extrait de Frank, cette chanson adopte un ton volontairement moqueur et sarcastique. Cette fois, ce sont les Wags, les épouses de footballeurs, qui se prennent une petite pichenette bien placée. Si, à l’époque, l’artiste a été mise dans le même sac que des chanteuses comme Norah Jones, elle va vite montrer qu’elle en est aux antipodes. La Amy Winehouse de cette époque est pleine d’humour, avec des paroles plutôt cash, et arbore plus volontiers des baskets que des talons hauts. Mais sa rencontre avec Blake Fielder-Civil en 2005 va tout changer.

« Rehab »

Premier extrait du deuxième album Back To Black, 6 fois disque de platine seulement 8 semaines après sa sortie en octobre 2006 au Royaume-Uni, ce tube planétaire va propulser la chanteuse au statut d’icône musicale. Pourtant, l’histoire, derrière le titre « Rehab », d’une jeune femme qui refuse de rentrer en cure de désintoxication est bien celle vécue par Amy. Initiée aux drogues dures durant sa relation avec Blake Fielder-Civil, elle souffre suite à leur rupture de dépendance à l’alcool et à la drogue, et de troubles alimentaires. Son entourage tente en vain de la convaincre de se soigner, mais la chanteuse nie en bloc. Elle reçoit de nouveau le Prix Ivor Novello en 2007 pour la meilleure chanson contemporaine.

En 2008, alors qu’elle a enfin accepté de rentrer en cure de désintoxication, Amy triomphe au Grammy Awards, avec 5 prix : chanson de l’année, enregistrement de l’année et meilleure performance féminine pour « Rehab », révélation de l’année et meilleur album vocal pop pour Black To Black.

« Back to Black »

On retrouve aussi ce titre sur le deuxième album d’Amy Winehouse. Avec son mélange rétro de sonorités soul, R&B et jazz, « Back to Black » est devenue l’une des chansons les plus emblématiques de la chanteuse. Elle a été écrite en seulement quelques heures, par Amy Winehouse elle-même et en collaboration avec Mark Ronson, qui a également produit une bonne partie de l’album. Cette fois encore, la chanson parle de Fielder-Civil.

Leur relation a démarré alors qu’il était encore marié et le couple adopte rapidement un mode de vie festif. Alcool et drogues coulent à flots, et Blake finit par quitter la chanteuse au bout de quelques mois. Si la diva en a payé le prix fort, « Back to Black » reste iconique et en octobre 2023, le clip est devenu le premier de sa carrière à dépasser le milliard de vues sur YouTube.

« Love is a Losing Game »

Dans cette chanson magnifique et mélancolique, toujours sur Back to Black, on découvre une Amy Winehouse au cœur brisé. C’est l’hymne de toutes celles et tous ceux qui ont vécu une histoire d’amour douloureuse. Son impact est phénoménal, puisqu’il va permettre à l’artiste de remporter son troisième prix Ivor Novello en 2008. La même année, l’examen final des étudiants de l’Université de Cambridge est une analyse comparative de « Love is a Losing Game » et d’un poème du XVIe siècle de Sir Walter Raleigh. La chanson est reprise par Prince en 2007 et les deux artistes vont l’interpréter sur scène ensemble. George Michael a même déclaré considérer cette chanson comme sa préférée de tous les temps.

« Me & Mr Jones »

Également présent sur Back To Black, ce titre produit par Salaam Remi est encore un témoignage vibrant du talent de Amy Winehouse. La question te brûle les lèvres ? Qui est le fameux Mr Jones ? L’histoire risque de te sembler dingue, mais le principal intéressé ayant confirmé, on est sûr·e·s de l’info. Est-ce que le nom de Nasir Jones te dit quelque chose ?

Eh bien, il s’agit du rappeur Nas, qui a entretenu un lien amical et musical fort avec la chanteuse dès leur rencontre au début des années 2000 par l’intermédiaire de leur producteur commun, Salaam Remi. D’ailleurs, Nas va rendre hommage à son amie avec la magnifique chanson « Cherry Wine », dont elle avait écrit le refrain juste avant son décès. Dans ce titre sorti en 2012, les voix du rappeur et de la diva se répondent : « tu es la femme dont j’ai besoin, mais où est-elle ? » « Où est-il, l’homme qui était juste comme moi ? ».

« Tears Dry on Their Own »

Ce titre emprunte la mélodie du tube de Marvin Gaye et Tammi Terrell de 1967, « Ain’t No Mountain High Enough ». Si dans le reste de l’album Back to Black, la musique et les paroles se complètent à la perfection, « Tears Dry on Their Own » fait figure d’exception. Les paroles naviguent entre dépression et colère tandis que l’orchestration s’envole dans un refrain exubérant.

Alors que l’album Back To Black cartonne à l’international, Blake Fielder-Civil va revenir dans la vie de la chanteuse, l’entraînant de nouveau sur une mauvaise pente. Amy change radicalement de look. Elle adopte un style plus provocant, maquille largement ses yeux d’eye-liner et coiffe ses cheveux en choucroute. Son imagerie iconique est née.

« Valerie »

Cette cover d’un titre du groupe d’indie-rock britannique The Zutons s’est retrouvée presque par hasard sur l’album Version de Mark Ronson, paru en 2007. Alors que ce dernier était déjà bouclé, Ronson voulait absolument qu’Amy en fasse partie. Bien qu’un peu sceptique à la première écoute de « Valerie », notamment parce qu’il ne connaissait pas l’original, il s’est heureusement facilement laissé convaincre, car le tube s’est classé dans le top 20 britannique pendant 39 semaines et y a même atteint la deuxième place.

C’est la dernière collaboration des deux artistes. Amy Winehouse scelle son destin en épousant sur un coup de tête Blake Fielder-Civil la même année. On te conseille vivement de découvrir sa performance live sur le plateau du Live Lounge de la Radio 1 de la BBC, où elle a livré une magnifique version acoustique plus jazzy de « Valerie ». D’ailleurs, pour la petite histoire, la Valerie de la chanson existe vraiment, et il s’agit de l’ex-petite amie du chanteur original.

« Body and Soul »

Entre « Valerie » et « Body and Soul », la vie de l’artiste se résume à une relation amoureuse tumultueuse et à l’abus de substances en tous genres. Blake connaît des déboires avec la justice, il est incarcéré pour vol, tandis qu’Amy semble toucher le fond. Ses frasques font la une de la presse. Elle apparait souvent désorientée, hébétée et le regard vide. Ses prestations scéniques sont catastrophiques. Ivre, elle oublie les paroles de ses chansons, ne tient plus debout et se fait huer par le public. Elle va frôler la mort à plusieurs reprises et accepte enfin de se faire aider.

C’est donc une Amy plus en forme qui enregistre une splendide version de « Body and Soul » avec son idole Tony Bennett en 2011, seulement quelques semaines avant sa mort. Le classique jazzy fait partie du deuxième album de duos du crooner, Duets II. Quand le clip sort en septembre, les fans pleurent déjà la disparition de la star. La vidéo tournée dans les studios permet de retrouver une Amy souriante et toujours aussi talentueuse. Les bénéfices de la vente du single ont été versés à la fondation Amy Winehouse, créée par son père.

« Between the Cheats »

Le corps inerte de la chanteuse est retrouvé dans son appartement londonien fin juillet 2011. Alors qu’elle était sobre depuis 3 ans, mais souffrant de graves problèmes pulmonaires dus à ses multiples addictions passées, son cœur lâche suite à une prise conséquente d’alcool. Elle n’a alors que 27 ans, seulement deux albums à son actif et un troisième en préparation.

En 2011, une compilation posthume parait, Lioness: Hidden Treasures, sur laquelle on retrouve notamment « Between the Cheats ». Si cette chanson est moins connue que des tubes comme « Rehab » et « Back to Black », elle est néanmoins l’une de ses plus touchantes.

À lire sur le même sujet: