Notre sélection des meilleurs animes sur la musique

Il existe des animes pour tous les goûts et si tu aimes pousser le son à fond et t’éclater sur tous les tons, tu aimeras forcément ces animes qui mettent musique et musicien·ne·s au cœur de leurs intrigues.

De Nana à Kids on the slope en passant par Nodame Cantabile, on t’offre un tour de piste du meilleur de la japanime musicale. Tu pourras les ajouter à ta playlist pour te mettre dans l’ambiance avant la Japan Expo !

La fiction musicale de Nana

Dans un train en partance pour Tokyo, Nana Komatsu rencontre Nana Ōsaki. Adaptation du manga d’Ai Yazawa, Nana baigne dans la musique. Le pseudo de sa créatrice est un hommage au chanteur Eikichi Yazawa, leader du groupe de J-Rock Carol, dont elle est une fan absolue. Nana Ōsaki kiffe le punk rock et Nana Komatsu la pop kitsch. Mais les deux filles vont vite devenir inséparables. Nana Ōsaki devient la compositrice et autrice du groupe punk rock Blast. Elle affronte le groupe Trapnest, mené par sa chanteuse Layla. Doublées par Anna Tsuchiya et Olivia Lufkin, les deux rivales vont devoir louvoyer entre succès et sacrifices pour se hisser au sommet des charts. De la BO de l’anime, on retiendra « Lucy », un opening puissant chanté par Anna Tsuchiya et « Starless Night », un ending émouvant chanté par Olivia Lufkin.

Le J-rock au top de Beck

Beck raconte l’histoire d’un groupe de J-rock qui passe de l’anonymat d’un lycée japonais à la gloire des scènes américaines. Tout commence avec Koyuki, un ado un peu coincé. Un jour, il fait la rencontre de Minami Ryusuke. Ce dernier est guitariste dans un groupe de rock amateur. C’est le début d’une belle amitié et surtout d’une grande aventure musicale. Beat Crusader a composé la plupart des chansons originales de cet anime sur la musique. Et s’il a rencontré le succès, c’est en partie grâce à sa BO où le J-Rock révèle un répertoire qui n’a rien à envier aux groupes anglo-saxons. De ses premiers cours de guitare à l’explosion de son talent, on suit le parcours musical du héros, soutenu par des solos de guitare et des percussions intenses aux influences métal. On aime particulièrement la puissance de « Spice of Life » ou de « Like a Foojin ».

Kids on the slope, un anime jazz et choc

Dans cet anime dédié au jazz, on fait la connaissance de Kaoru, un jeune garçon taciturne qui emménage chez son oncle à Kyushu. Il y rencontre Sentarô, un lycéen violent et même dangereux. L’un est pianiste, l’autre percussionniste. Contre toute attente, ils vont devenir amis grâce au jazz qu’ils aiment tous les deux. On a tous en tête les tunes de Cowboy Bebop. Et si la BO de Kids on the slope nous colle à la mémoire et nous rappelle tant cet anime culte, c’est peut-être parce qu’on y retrouve Yokô Kanno. Pour sa deuxième collab avec le réalisateur Shin’Ichiro Watanabe, la compositrice écrit une partition jazz qu’elle émaille de quelques covers. « Sakamichi no Melody », le thème principal, est une création originale qui illustre parfaitement le parcours initiatique du jeune Kaoru et de son camarade Sentarô. En plus d’avoir une BO à tomber, Kids on the slope est une excellente manière de découvrir le jazz, en même temps que ses personnages.

Your lie in April : un anime sur la musique classique

Kôsei est un pianiste virtuose auquel aucune difficulté ne résiste. Cette bête de concours a tout pour réussir jusqu’au jour où sa mère, qui lui a tout appris, décède brutalement. Traumatisé, le jeune prodige laisse tout tomber. L’auteur du manga, Naoshi Arakawa, souhaitait dépeindre l’état psychologique du héros à travers la musique. Pari réussi dans l’adaptation des 11 volumes en anime. On y assiste aux efforts de la jeune Kaori pour tirer Kôsei de sa déprime par le violon. Mozart, Ravel, Chopin : on retrouve dans l’OST les plus grands morceaux de bravoure que les solistes les plus talentueux affrontent. Ils se mélangent harmonieusement aux titres originaux composés pour la BO par Ryo Yoshimata. Ce dernier a su créer une ambiance à la fois tendre et planante pour traduire les doutes et les espoirs du jeune Kôsei.

Nodame Cantabile ou la douceur des sentiments

C’est au début des années 2 000 que sortent les premiers tomes de Nodame Cantabile. La création de Tomoko Ninomiya devient un anime en 2 009. La jeune Noda Megumi est une prodige du piano. Élève de la célèbre école de musique Momogaoka, elle y rencontre Chiaki, un violoniste et pianiste hautain dont elle tombe amoureuse. On suit l’évolution de leur rapprochement progressif autour de leur passion commune pour la musique. Cette dernière joue un grand rôle. Des morceaux originaux servent d’openings et d’endings. Ils encadrent des morceaux classiques qui permettent d’explorer les différentes facettes du talent des deux jeunes artistes. On retient particulièrement l’« Allegro Cantabile » en opening de la saison 1, une variation pop autour du classique par Suemitsu & the Suemith qui reflète à elle seule toute la force de l’anime.

K-On : un Glee à la sauce japanime

Au lycée Sakuragoaka, le club de musique bat de l’aile. C’est sans compter la détermination de Ritsu Tainaka. La jeune lycéenne va tout faire pour maintenir le club en vie. Elle recrute sa meilleure amie, Mio. Puis débarquent Yui, Tsumugi et enfin Asuza. Elles vont former un groupe prêt à tout déchirer sans jamais perdre le sens de l’humour. Le terme K-On provient du japonais Keiongaku qui signifie à peu près « douce musique pop ». Mais ne t’attends pas à du easy listening sucré à siroter en lisant le dernier Marc Lévy ! Parce qu’en vrai, les quatre filles déménagent. Et pas qu’un peu ! Ces sortes de Spice Girls croisées avec les Runaways en ont sous la pédale de guitare ! Ça pulse, ça fait trembler les meubles et ça fait du bien. Pose tes oreilles sur « Fuwa Fuwa Time » ou sur « Don’t Say Lazy ». De quoi te mettre de méchante bonne humeur !

Si tu as aimé notre set list d’animes sur la musique, colle tes écouteurs sur les oreilles, fait tourner la playlist des meilleures BOs de la japanime et rendez-vous à la Japan Expo !

À lire sur le même sujet :